La polenta dans tous ses états

Il existe plusieurs types de polentas, plusieurs façon de la cuire ou encore de la cuisiner. Cette semaine on vous dit tout !

​La polenta, c’est le nom de la semoule de maïs. Il en existe deux sortes principales, la vénitienne et la lombarde : 

– La vénitienne se reconnaît à ses grains fins et à sa couleur jaune clair. Fine et délicate, c’est elle qu’on emploie pour réaliser une purée souple. Dure, croustillante, crémeuse, moelleuse, elle est tout bonnement irrésistible. ​
– La lombarde, quant à elle possède des grains plus gros, et sa couleur est plus soutenue, d’un beau jaune or ambré. Celle-ci est parfaite pour des préparations qui nécessitent une consistance plus épaisse, plus ferme.

Comment faire de la polenta crémeuse ?

Une purée de maïs appelée aussi polenta crémeuse, délicate et moelleuse, en accompagnement d’une bonne viande en sauce, on fait difficilement mieux. La polenta a cet avantage qu’elle se prépare en un rien de temps.

La recette traditionnelle de la polenta :
porter à ébullition 1 litre de liquide (eau, bouillon ou lait) et y délayer 350 g de polenta, sans cesser de remuer, jusqu’à ce qu’elle épaississe. Soit 5 à 10 minutes.
L’astuce : prévoir une petite casserole d’eau bouillante à proximité afin de délayer la polenta en cours de route si elle s’avérait trop épaisse à votre goût. Ne reste plus qu’à l’assaisonner en sel et poivre avant de servir (ou de truffes et crème).

Variante fromagère :
La polenta n’est jamais trop gourmande. Elle adore le fromage. Mozzarella, gorgonzola, parmesan… N’hésitez pas à en ajouter la dose en fin de cuisson. Vous pouvez, après avoir fait cuire la polenta y rajouter de la crème et du fromage, la passer au four pour qu’elle gratine.

Variante sarrasine :
C’est ce qu’on appelle la polenta taragna*. Originale, voire carrément audacieuse, c’est l’accompagnement qu’il vous faut préparer si vous souhaitez bluffer vos invités.
 Portez à ébullition 1 litre d’eau et délayez-y 200 g de farine de sarrasin et 70 g de polenta. Remuez sans arrêt jusqu’à ce que tout le liquide soit absorbé (ça peut être un peu longuet mais jamais plus que pour un risotto en fin de compte). Incorporez 40 g de beurre, 2 cuillères à soupe de mascarpone, et éventuellement du fromage fondant et remuez jusqu’à ce que la préparation soit homogène.

Les Italiens la servent avec des saucisses et autres cochonailles. Chez nous, on aime la garnir simplement d’un œuf poché. A vous de voir.* taragna vient du nom du bâton utilisé autrefois pour touiller la polenta.

Version sucrée :
Vous connaissez tous la semoule au lait, voici sa variante, la​ polenta au lait. Pourtant, la polenta, c’est de la semoule, et comme le semoule de blé, cuite dans du lait, avec de la vanille et/ou de la cannelle, du sucre, garnie de fruits secs, nappée de caramel ou de chocolat, c’est le paradis sur terre. 

Côté bienfaits, Maureen Le Goff, diététicienne-nutritionniste chez Atlantic Santé, nous briefe : “La semoule de maïs renferme 75% de glucides complexes, de l’amidon pour l’essentiel comme la pomme de terre, et 8% de protéines. Plus des fibres, d’où son pouvoir calant. C’est aussi une source de vitamines B anti fatigue.

Généreuse et sans gluten, la polenta se cuisine de mille façons.

Fait pour vous :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.